CNAV : les dficits explosent

Le déficit du régime général des salariés du privé (CNAV) devait s’élever à 3,5 milliards d’euros pour cette année mais, au bout du compte, il devrait atteindre presque… 5 milliards d’euros !

Il est désormais loin le temps où nos gouvernants pouvaient se gargariser d’avoir « sauvé les retraites » grâce à la « réforme » Fillon d’août 2003.
Dès 2005, les comptes de la CNAV ont basculé dans le rouge : - 1,8 milliard d’euros. En 2006, le déficit s’est aggravé pour atteindre 2,4 milliards et, pour 2007, la Direction de la Sécurité sociale prévoyait encore un trou de 3,5 milliards mais les prévisions viennent d'être corrigées à près de ... 5 milliards d'euros (4,7 exactement).
Autant dire que notre régime de retraite est engagé dans un processus d’endettement infernal et, qu’à ce rythme, la faillite menace.
Mais le pire, c’est que cette dégradation des comptes s’accélère à une cadence aussi imprévue que vertigineuse.
Certes, pour des raisons essentiellement démographiques, il n’est pas surprenant que la CNAV rencontre des difficultés de trésorerie – de nombreux économistes ont déjà tiré la sonnette d’alarme ! – mais les prévisions les plus pessimistes de la Sécurité sociale annonçaient un tel niveau de déficit que pour 2009-2010 et celles du Conseil d’Orientation des retraites (COR) pour… 2020 !
Autrement dit, après seulement deux années de déficits amorcés, la CNAV a au moins trois ans d’avance sur son programme de faillite annoncée.

Dans ce contexte, il est désormais temps de dire la vérité aux Français. La loi Fillon n’a pas sauvé nos retraites et nous ne pourrons pas faire l’économie d’une réforme structurelle. Le plus tôt sera le mieux.


Fermer