• accueil
  • actualits
  • retraites outre-mer : sauvegarde retraites sur le qui-vive!

Retraites Outre-mer : Sauvegarde Retraites sur le qui-vive!

La réforme des retraites Outre-mer des fonctionnaires se précise mais la vigilance s'impose.

Nicolas Sarkozy l’avait promis : les retraites Outre-mer seront réformées. Même si la suppression pure et simple de ces retraites n'est toujours pas d'actualité, une « réforme », c’est déjà un pas en avant. Une bonne nouvelle et une satisfaction après les années de combat menées par notre association.
Or, voici qu’une information passée presque inaperçue il y a quelques jours nous incite à réagir. Le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, Yves Jégo, a affirmé le 2 juillet dernier devant les membres de la Commission des finances du Sénat vouloir « modifier un système » qui existe depuis 1952 et qui profite à plus de 30 000 retraités. « Modifier » ne veut pas dire supprimer même si Jégo a manifesté son intention de « mettre fin aux excès du dispositif » dont le coût s’est élevé à plus de 300 millions d’euros en 2007. Il a aussi affirmé qu’il faut « faire en sorte que ceux qui n’ont rien à voir avec le territoire concerné ne puissent plus venir s’y installer pour bénéficier d’une sur-retraite qui n’a aucune justification ».
« Cette partie du dispositif est condamnée »,
a précisé Yves Jégo. « Il y aura dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) la fin de l’entrée dans le dispositif sur ce sujet ».

Le ministre a confirmé sa réforme en deux points : il n’y aura plus d’ITR (Indemnité temporaire de Retraite) pour les personnes s’installant au moment de leur retraite Outre-mer et n’y ayant jamais travaillé pour les bénéficiaires actuels, un système de plafonnement sera introduit.
A cette occasion, le secrétaire d’Etat a indiqué que "le débat des rémunérations Outre-mer doit être ouvert". Une fois que l’INSEE aura établi un indice précis de coût de la vie dans les différents territoires d’Outre-mer, le secrétaire d’Etat estime que la sur-rémunération des fonctionnaires d'Outre-mer pourra « peut-être » être établie « sur une réalité des prix », et non plus de façon « fixe », en pourcentage de la rémunération.

Ces annonces demandent la plus grande vigilance. Notre association demande la suppression de tous ces privilèges et non pas de petites modifications. Comme les syndicats ont déjà commencé à s’agiter et ont affirmé leur intention de « négocier » avec le gouvernement, il faut continuer à agir et mettre la pression sur le gouvernement jusqu’au vote cet automne de la LFSS (Loi de financement de la Sécurité Sociale). Un simple toilettage du système ne résoudra pas le problème des ces abus inadmissibles.

NB : Rappel du système de ces retraites dorées : tout fonctionnaire qui s'installe, à la retraite, dans les îles d'Outre-Mer voit sa pension majorée de 35 % à La Réunion et à Mayotte et même de 75 % en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française (Tahiti, Bora-Bora...), le tout exonéré de CSG, de CRDS et d'impôt sur le revenu.



Fermer