• accueil
  • actualits
  • retraites des lus et surreprsentation des fonctionnaires dans les instances publiques

Retraites des lus et surreprsentation des fonctionnaires dans les instances publiques

Pour la retraite, le parlementaire paie double cotisation pendant les quinze premières années de sa carrière. Dès le premier mandat de cinq ans, un député totalise dix annuités. La pension moyenne, à partir de 60 ans, d'un député est de 2.192€ par mois, celle d'un sénateur de 3.294€ par mois.

"A l'heure où il est question de réforme de toute part pour éviter le coulage du bateau France, l'exemple devrait provenir de ceux-là mêmes qui votent les lois. Parmi celles-ci, l'une s'impose au nom du principe d'équité et d'égalité. Celle de mettre fin aux difficultés rencontrées par une personne du secteur privé pour se lancer dans la carrière politique par rapport aux avantages du secteur public. Les fonctionnaires sont sur représentés dans les instances publiques. Ils devraient démissionner de leurs fonctions lorsqu'ils choisissent d'exercer des responsabilités politiques. On ne peut pas continuer à admettre qu'un fonctionnaire puisse mener une carrière politique pendant dix, vingt ou trente ans et réintégrer du jour au lendemain son corps d'origine en cas d'échec aux élections. Pendant la carrière politique des intéressés leur ancienneté continue à progresser dans leur corps d'origine et leurs droits à la retraite sont préservés. Ils cumulent donc la retraite de parlementaire avec celle de leur corps d'origine même s'ils n'y ont pas fait carrière. C'est ainsi que l'actuelle Assemblée nationale compte 41 % de fonctionnaires. Parmi les premiers ministres des gouvernements de droite comme de gauche, la sur représentation est encore plus nette. Le gouvernement de Raymond Barre comprenait 75% de fonctionnaires, celui de Lionel Jospin en comptait 67%. A l'exception d'Edith Cresson, depuis 1958 tous les premiers ministres sont des fonctionnaires. Tout le monde s'accorde à dire que " ça ne peut plus durer comme ça, il faut que ça change, sinon ....." Cette dernière idée de réforme, si elle était retenue et appliquée, bouleverserait le paysage politique en une meilleure gouvernance du pays. Les fonctionnaires sont par essence des serviteurs de l'Etat, chargés de mettre en oeuvre les décisions de leur employeur patron, l'Etat. Ils le font en général bien. Mais on ne peut pas être à la fois patron et employé. C'est la confusion des genres." L'auteur de ce texte est André Le Lan, membre de Sauvegarde Retraites. Sources : Monographies de Contribuables Associés, Assemblée nationale, Sénat, DGCL et Parlement européen.

Fermer