• accueil
  • actualits
  • csg : le coup de rabot est encore plus douloureux que prévu

CSG : le coup de rabot est encore plus douloureux que prévu

De nombreux retraités ont été surpris par une diminution de leur pension plus sévère qu’ils ne le prévoyaient.

Le gouvernement avait annoncé une augmentation de 25 % de la CSG, via une hausse du taux de 1,7 point, frappant les retraités qui perçoivent un revenu fiscal de référence (calculé par l’administration) supérieur à 1 200 € par mois (soit à peine plus d’un smic). Pourtant, l’amputation réelle des pensions est encore plus douloureuse, comme l’ont constaté les personnes concernées : pour les anciens salariés du privé, elle représente en réalité près de 1,84 % des pensions nettes servies par la CNAV et presque 1,86 % de celles versées par les complémentaires AGIRC et ARRCO.

Comment cela se fait-il ? La manœuvre est simple : la hausse de 1,7 point - sur laquelle le gouvernement a pris soin de communiquer - s’ajoute aux taxes préexistantes - à savoir 6,6 % de CSG + 0,5 % de CRDS + 0,3 % de CASA - soit au total 7,4 % à la CNAV ; et les mêmes taxes auxquelles s’ajoute une cotisation d’assurance maladie de 1 % dans les régimes de retraite complémentaire, soit un total de 8,4 % à l’AGIRC et à l’ARRCO.

Avec la hausse de la CSG, les prélèvements passent donc de 7,4 % à 9,1 % à la CNAV et de 8,4 % à 10,1 % à l’AGIRC ARRCO. Mais si la différence représente bien 1,7 points sur le brut, il n’en va pas de même sur le net.

Par exemple, si l’on considère M. Richard Crésus, retraité percevant une pension mensuelle de 1 050 € bruts de la CNAV et 450 € bruts de l’ARRCO, soit un total de 1 500 € bruts.

  • A la CNAV

Jusqu’en 2018, avec un taux de prélèvements de 7,4 %, il lui restait 972,30 € nets.

Après la nouvelle hausse de la CSG qui augmente le taux de prélèvements à 9,1 %, il lui reste 954,45 € net, soit une perte de 17,85 € par mois.

Ces 17,85 euros représentent bien 1,7 % du montant brut de la pension que lui verse la CNAV mais près de 1,84 % du montant net (972,30 €) qu’il percevait antérieurement !

  • A l’ARRCO

Il en va de même : la différence entre le net avant et après application de la hausse du taux de CSG (de 8,4 % à 10,1 %) représente 7,65 € par mois, ce qui représente près de 1,86 % de l’ancien net (qui s’élevait à 412,20 €).

De nombreux retraités ont fait ce calcul et en ont été d’autant plus surpris que, ne recevant aucun justificatif précisant les montants bruts de leur pension - procédé d’ailleurs tout à fait abusif de la part des caisses de retraite - ils ne pouvaient pas comprendre d’où venait cette différence. Et l’Etat s’est bien gardé de révéler le fin mot de l’histoire.


Fermer